Entremets tendrement acidulés (amande-citron-framboise)

Je crois avoir développé une addiction aux entremets à étages. Quand on me demande de réaliser un gâteau, c’est toujours ce genre de dessert qui surgit dans mon esprit : le mélange des textures, des couleurs, des saveurs, puis la décoration finale, tout me plaît, et c’est vraiment devenu mon dada de les confectionner. Et mon amour pour ce genre de dessert couplé au citron et à la framboise, saveurs favorites de l’amie pour laquelle je cuisinais ce jour là, a donné naissance à ces entremets qui sont une petite fierté, car, sincèrement… ils sont dé-li-cieux ! J’avais gardé quelques bouchées pour les faire goûter à d’autres cobayes, et tous ont follement aimé. Si j’adore les entremets à étages, je leur trouve un défaut que je vois fréquemment et auquel j’ai remédié : la plupart du temps, pour la base “solide”, on utilise un biscuit ou une génoise qui ne font pas frétiller mes papilles. Souvent un peu secs et sans goût, je leur ai fait mes adieux pour remplacer cet élément dispensable par un financier aux amandes. Et là, là, mesdames et messieurs, la “couche du fin fond de l’entremets” acquiert toute son importance et devient aussi gourmande que ses voisines du dessus. Voici donc de petits entremets composés d’une base de financier aux amandes et parfumé au citron, d’une mousse aux framboises reprise de mon précédent entremets, et d’une mousse au citron. Un délice de fraîcheur, des texture aériennes et mousseuses qui chantent sous la pression de la cuillère et contre le palais, le moelleux et le fondant du financier, la douce acidité du citron et de la framboise… (un dessert acidoulé, en somme… hum). Bref, un dessert d’été parfait ! (et de toute saison, en fait, tellement il est bon ! D’ailleurs, on m’a déjà demandé d’en refaire en version grand entremets pour un anniversaire). Vous pouvez également utiliser cette recette pour réaliser un entremets pour 8 personnes – dans ce cas, il suffit de doubler les quantités inscrites au début de la recette et d’utiliser un cercle de 20cm de diamètre.

Lire la recette

Verrines au fromage blanc & compotée pomme/rhubarbe

Toujours dans l’optique de se régaler malgré la chaleur qui s’installe à son aise depuis maintenant plusieurs jours (la perfide), je vous présente une de mes recettes fétiches, des verrines au fromage blanc et à la compote de pomme et de rhubarbe. Ayant la chance d’avoir un beau pied de rhubarbe dans le jardin, elle passe à la casserole sous toutes les formes dès que vient l’été. L’an dernier, alors qu’il me fallait finir un pot gargantuesque de fromage blanc, j’ai eu l’idée de le cuisiner accompagné de la fameuse rhubarbe, associée à la pomme pour donner plus de consistance à la compotée tout en l’adoucissant un peu. Et pour varier les textures, un petit sablé breton est venu s’émietter sur le dessus des verrines… A défaut de sablés bretons, il est aussi possible d’utiliser des spéculoos, ou encore de prendre un Prince, de le séparer en deux, d’enlever et manger la couche de chocolat et de casser le biscuit restant en petits morceaux avant d’en orner le dessus des verrines (testé et approuvé lors d’un cas de pénurie, mais la meilleure solution reste quand même les sablés bretons). Bref, au final, un dessert simple mais beau, et surtout, bon, même pour les moins fanatiques de rhubarbe !

Lire la recette

Mini-roulés tomate & boursin

Pour ne pas déroger à mon addiction aux concours ainsi qu’à la Ronde des Blogs, voici ma deuxième participation à cette dernière, principe que je trouve toujours aussi sympathique. Cette fois-ci, je devais dénicher une recette sur le blog de Ô miam miam de Soso, très bien fourni en recettes appétissantes, et c’est Les petits plats dans les grands qui doit venir piocher ici. Vu la chaleur de ces derniers jours, la recette de roulé tomate-boursin que j’ai repéré sur le blog de Soso a su satisfaire nos envies de fraîcheur et de légèreté. J’avais vu depuis un bout de temps ces sympathiques roulés, et j’ai donc eu l’occasion de les réaliser, sous un format apéritif pour plus de praticité. J’ai également effectué quelques petites modications : n’ayant plus de jambon, je l’ai retiré, idem pour la crème fraîche que j’ai remplacé par du fromage blanc, et j’ai légèrement augmenté les quantités de farine. Vous pouvez retrouver la recette originale ici. Ces mini-roulés ont eu un franc succès, simples mais efficaces !

Lire la recette

Entremets framboises, praliné & chocolat noir

Voici un gâteau tout droit sorti de ma fertile imagination stimulée par un nouveau concours (oui oui, encore, je me soignerais un jour, peut-être), organisé cette fois-ci par le blog de Chef Doudou qui fait parti de mes préférés. Ce n’est pas tant les cadeaux qui m’attirent dans les concours, mais la réflexion et l’invention qui doivent être fournies pour répondre au mieux au thème et aux critères donnés. Sans compter le piment conféré par la compétition ! Le thème de ce concours, « La Gourmandise« , a immédiatement déclenché trois idées dans mon cerveau : 1) un entremets 2) plusieurs couches et plusieurs textures 3) la présence de chocolat. Ne voulant pas un gâteau trop chocolaté qui peut s’avérer écœurant dans ce genre d’entremets, j’ai choisi une alliance avec la framboise qui est toujours une merveille. Ce gâteau est donc composé d’une base au chocolat noir et aux amandes (inspiré d’ici) délicieusement fondante et moelleuse, d’une couche de croustillant au praliné, et d’une mousse aux framboises. Pour la décoration, des triangles de chocolat noir, une chantilly au cacao, et quelques framboises (surgelées et décongelées). J’avais des doutes quant à l’association de la framboises et du praliné que je n’avais jamais expérimenté, et j’ai été conquise. Un des convives a préféré manger la mousse et le croustillant séparément, mais tout dépend des goûts de chacun. En tout cas, ce gâteau se mange très facilement, et sa légèreté malgré ses trois couches a fait l’unanimité !
Edit 28/05/2012 : concours remporté, un énorme merci à Chef Doudou ! 🙂

Lire la recette

Gâteaux aux jaunes d’oeufs & à la vanille

Aujourd’hui, point d’extase culinaire et de feu d’artifices à en faire frémir vos papilles, mais une recette de sauvetage, bonne, rapide, et pratique qui va ravir les adeptes des financiers, macarons, et autres pâtisseries qui nécessitent un nombre important de blancs d’oeufs… Et qui posent la fatidique question : que faire des jaunes d’oeufs ? En général, ils terminent leur malheureuse vie de deux manières différentes. N°1 : sablés bretons, crèmes brûlées, crèmes pâtissières. N°2, moins réjouissant : l’évier ou la poubelle. (j’ai essayé une N°3 : la congélation, mais je n’ai pas trouvé ça top top). Alors c’est bien joli les sablés et les crèmes, mais quand on se retrouve avec 5 jaunes d’oeufs sur les bras et qu’on aimerait un peu diversifier leur utilisation… eh bien, voici une nouvelle alternative ! En faire un gâteau pour le petit-déjeuner ou le goûter. J’étais sceptique, mais le résultat est assez convaincant. Il ressemble à s’y méprendre à un gâteau au yaourt, mis à part qu’une légère croûte croustillante se forme à l’extérieur tandis que l’intérieur reste moelleux. Je ne devrais peut-être pas le dire mais je viens de m’apercevoir en rédigeant la recette que je ne me rappelle pas avoir ajouté de beurre et qu’il est donc fort probable que je l’ai oublié, ce qui expliquerait certaines choses… Donc, si vous ne l’omettez pas, il sera encore meilleur que ce que j’ai pu expérimenter. (Ahem, ahem, ahem.) Je l’ai aromatisé à la vanille pour lui donner plus d’intérêt, mais on peut tout à fait la remplacer par des zestes de citron ou d’orange, de la fleur d’oranger, des pépites de chocolat… bref, en plus de vider la réserve de jaunes d’oeufs, c’est un bon petit cake caméléon personnalisable selon vos envies ! Et vous pouvez diviser les proportions pour faire de plus petits gâteaux si le nombre de jaunes n’est pas aussi important. Je me suis inspirée de cette recette.

Edit du 02/06/2012 : j’ai re-testé cette recette, cette fois-ci en veillant bien à incorporer le beurre, et en utilisant un moule rond : c’est encore meilleur ! Pour un gâteau aux jaunes d’oeufs sans prétention, c’est vraiment délicieux, surtout avec une tasse de lait. Recette à garder précieusement sous le coude !

Lire la recette

Pomme au magret de canard fumé

Je n’aimais pas le mélange sucré-salé… jusqu’à ce plat. Cette entrée chaude, plutôt. Simple. Rapide. Surprenante. Et délicieuse. Autant de qualificatifs qui me poussent à participer au concours organisé par le blog Fashion Cooking pour ses trois ans, blog toujours plein de bonnes idées et que je suis depuis longtemps. Cette entrée est devenu un classique à la maison. Il est connu que le magret de canard s’associe très bien aux pommes, souvent présentées en accompagnement. Ici, point de magret à la pomme, mais de la pomme au magret (fumé, c’est important). Accompagné de salade, c’est un délice, et même les plus réfractaires au sucré-salé succomberont, je vous le garantis. C’est donc timidement que je présente cette recette originale et délicieuse, car le jury du concours est de taille ! Dorian, qui a la plus belle plume de tout l’internet, ses histoires attachantes qui font sourire, ses photos superbement gourmandes. Hervé, dont j’ai regardé les vidéos, intéressantes et ludiques (ludique : adjectif et mot passe-partout le plus utilisé ces trois dernières années), à de nombreuses reprises. Et Ruben, dont je viens d’acheter le livre et qui a à peu près mille ans de savoir culinaire de plus que moi alors que nous avons le même âge. Sur ce, je vais m’enterrer dans mon jardin jusqu’au verdict (en me maudissant d’avoir mis trop de salade dans l’assiette ce qui étouffe ma pauvre pomme).

Lire la recette

Mini-tartelettes au citron meringuées

En cette joyeuse période de pluie et de grisaille qui ne donne envie que de deux choses : 1) rester bien au chaud chez soi 2) cuisiner (parce que rien n’est plus plaisant que de faire un bon gâteau sous l’oeil bienveillant de la pluie qui tape sans relâche sur la fenêtre), je reviens en force pour vous présenter, suspens suspens… (suspens qui n’est absolument pas détruit par la photo ci-dessus…) des tartelettes au citron ! C’est simple, mais c’est un délice, et entre un mille-feuille de feuille de brick au piment d’espelette garni de ganache au chocolat bio-naturel de St Perpètte-les-oies agrémentée de son petit coulis de sirop de betterave extraite du Groënland, et une tartelette au citron… je choisis la tartelette. La simplicité. La sécurité. La déliciosité, tout simplement (N.B. : ce mot n’existe pas). Le citron est devenue un de mes parfums favoris à force de le cuisiner pour des amis qui en étaient de fervents adeptes… et finalement, sa force acidulée m’a enrôlé aussi. La tartelette au citron : avec ou sans meringue ? Certains l’aiment chaude avec, d’autres sans ; pour ma part, je la préfère meringuée, pour contrebalancer l’acidité et pour le côté esthétique. Et si il existe déjà des centaines de recettes de tartelettes au citron qui peuplent le web, je vous présente ma préférée, trouvée chez Chef Nini, qui utilise la technique de la meringue suisse, à mes yeux, la plus simple.

Lire la recette

Cupcakes vanille & chocolat

Deux semaines sans poster : honte sur moi ! Chaque jour amenait son lot d’occupations, mais je n’en ai pas moins cuisiné pour autant. Je reviens aujourd’hui avec des petites merveilles : des cupcakes ! Aujourd’hui, plus besoin de présenter ces pâtisseries venues de l’autre côté de l’océan et que nous avons presque tous adoptés. C’est en honneur du printemps que cette recette vient donc bourgeonner ici : une base cupcake reprise de la recette du gâteau au yaourt, et un topping qui est simplement une ganache fouettée au chocolat noir (vade retro les crèmes au beurre aussi légères et appréciables que des enclumes !), le tout surmonté de fleurs en pâte d’amande. Attention, pour qu’elle soit optimale, la ganache montée se prépare la veille. Je les avais confectionnés pour les 21 ans d’une amie.

Lire la recette

Gâteau-cheesecake framboises & amande

Après la vague de froid… la vague de chaud ! On ne fait décidément pas plus capricieux que les saisons. Et les envies culinaires suivant les caprices météorologiques, mes désirs de grandes tasses de chocolat chaud, de gâteaux bien réconfortants et de viennoiseries bien grasses ont mutées en pâtisseries fraîches, légères et fruitées… Et là, bénies soient les framboises surgelées ! Dans le top de mes fruits favoris, je me réjouis toujours d’en avoir à portée de main dans le congélo pour venir à bout d’envies soudaines comme celles-ci. Donc les framboises : check ! Reste le gâteau qui va les habiller : j’ai choisi cette recette qui m’a en même temps permis de finir mes boîtes de Philadelphia, et qui est dé-li-cieu-se ! Cet « accouplement » entre la base d’un gâteau simple et celle d’un cheesecake est une réussite. Je vous conseille fortement de le laisser une heure au frais avant de le déguster, il n’en est vraiment que meilleur. Frais, léger, amande, framboises, rrrhmiaaam… Tout est dit !

Lire la recette

Muffins spéculoos & chocolat

Chez moi, tout le monde n’est pas le bienvenue. Non, il est très mal vu pour certains de franchir le seuil de ma porte, et même si ils y parviennent, ils seront détestés jusqu’à la fin de leur vie. J’ai cependant voulu braver les interdits en amenant un clandestin qui se languissait d’entrer : mon pot de cannelle en poudre ! La cannelle, ingrédient banni, honni, haï par tout le monde ici sauf.. par moi. Mais ça a aussi ses avantages : une fois que l’ennemi numéro 1 a franchi la porte, il a le champ libre. Le paquet de spéculoos ? Le pot de pâte à tartiner au spéculoos ? Pour-moi-seule ! Heureusement, les amis sont là pour m’aider à donner vie à l’amour enfoui que je ressens pour la cannelle et les spéculoos, et c’est donc pour C. que j’ai réalisé ces muffins aux spéculoos & pépites de chocolat. Et si je ne l’aimais pas déjà, elle serait mon amie rien que parce qu’elle me donne un prétexte pour cuisiner les spéculoos… ce qui tombe bien, puisqu’elle est mon amie uniquement parce que je la nourris de gâteaux. N’est-ce pas très chère C. ?

Lire la recette