Cette recette, c’est du rapide ! Ce matin, après avoir aperçu quelques bananes qui s’ennuyaient mortellement et qui commençaient à avoir le teint bien noirci, j’ai eu envie de les marier avec du chocolat dans quelques muffins. Aussitôt pensé, aussitôt exécuté ! Fidèle à ma base de gâteau au yaourt, j’ai également remplacé une partie de la farine par de la poudre d’amandes (oui, il y en a toujours partout, je crois que ça commence à devenir maladif, mais je ne cherche plus à lutter), et décidé de supprimer toute matière grasse, huile ou beurre, comptant sur les bananes pour apporter la texture idéale. Jubilation totale : ultra-moelleux, tout doux, légèrement fondant grâce à la poudre d’amandes, perfection du mariage de la banane avec le chocolat noir ! Et voilà comment illuminer un dimanche maussade, veille de rentrée scolaire ! (même si pour ma part, la reprise a eu lieu il y a déjà une semaine, mais on n’a jamais assez de réconfort gourmand).

Personnages :

pour une quinzaine de muffins

1 pot de yaourt (à la vanille) (l’utiliser comme contenant pour la suite)
2 pots de farine
2 pots de poudre d’amandes
1/2 sachet de levure chimique
1 pot de sucre (moitié sucre semoule / sucre cassonade pour ma part)
1 sachet de sucre vanillé
2 bananes bien mûres (leur saveur n’en sera que renforcée)
1/2 pot de lait
2 oeufs
85g de chocolat noir
amandes effilées pour la décoration

Histoire :

→ Préchauffer le four à 180°.
→ Mélanger le yaourt, le lait et les oeufs dans un saladier.
→ Dans un autre récipient, écraser les bananes à l’aide d’une fourchette pour en faire une purée. L’ajouter au mélange yaourt/lait/oeufs.
→ Prendre un nouveau saladier et y mélanger la farine, le sucre (ou les deux sortes de sucre : semoule et cassonade), le sucre vanillé, la levure et les pépites de chocolat.
→ Versez le mélange liquide dans les ingrédients secs et mélangez jusqu’à homogénéité.
→ Versez la pâte dans des moules muffins tapissés de caissettes en papier. Parsemez chacun d’amandes effilées si vous le souhaitez.
→ Enfournez pour environ 20 minutes.

« Toutes les vérités sont bonnes à dire, c’est nous qui ne sommes pas tous bons pour les entendre. »
Capus