Tout ça, c’est encore de la faute de l’hiver. Si il n’y avait pas eu le carrelage froid de la cuisine, les milles couches de gros pulls, l’arrière-plan neigeux qui transparaît derrière les fenêtres et le ciel gris triste et mélancolique, peut-être que je ne me serais pas levée avec cette envie de viennoiseries réconfortantes. Mais voilà, un matin enneigé, j’ai été envahie par un intense désir de scones, vus dans le beau livre de Pascale Weeks que j’avais feuilleté la veille une grande tasse de chocolat chaud à la main. Les scones sont des petits trucs dorés indispensables pour le tea time de nos voisins anglais ; et si je dis « trucs« , c’est parce qu’ils sont indéfinissables : entre le pain, la brioche et le gâteau, leur texture est réellement particulière. Si il est difficile de les caractériser précisément, une chose est sûre : encore tièdes, coupés en deux, tartinés de beurre et de confiture de framboises, ils sont la meilleure compagnie des petits matins pour réchauffer les coeurs déprimés par cette saperlipopette de vague de froid.

Lire la recette