J’avais réalisé ces muffins un beau jour ensoleillé, un vrai jour d’été, et pour photographier des muffins tout droit sorti de “je cuisine avec ce qui est dans le placard”, j’avais donc décidé, pour le tromper, d’inclure ce coquin de soleil dans mes photos… ainsi que la main d’un frère avide d’engloutir son goûter. Voici donc des muffins simples mais délicieux à la pomme, aux pépites de chocolat, et au pralin, ingrédient que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps que ça et qui s’associe à merveille aux deux autres. Il peut être remplacé par de véritables noisettes ou amandes concassées et torréfiées à la poêle pour encore plus de goût. Pour la base des muffins, j’utilise encore et toujours l’éternel gâteau au yaourt, qui leur donne un moelleux fou !

Personnages (pour 12 à 15 muffins) :

• 1 pot de yaourt (à la vanille)
• 3 pots de farine
• 1 sachet de levure chimique
• 2 pots de sucre
• 1/2 pot d’huile
• 5 c.à.soupe de lait
• 2 oeufs
• 60g de pralin
• 100g de pépites de chocolat
• 1 grosse pomme épluchée et coupée en morceaux, ou 2 petites

Histoire :

→ Préchauffer votre four à 180°.
→ Mélangez le yaourt, le lait, l’huile dans un saladier.
→ Séparez les deux oeufs : ajoutez les jaunes au mélange précédent, et battre les blancs à part.
→ Dans un nouveau récipient, mélangez les ingrédients secs : le sucre, la farine et la levure.
→ Versez le mélange liquide dans les ingrédients secs et mélangez.
→ Ajoutez les blancs montés en neige ; une première moitié vigoureusement au fouet pour détendre la pâte, et la seconde plus délicatement pour éviter qu’ils ne retombent.
→ Ajoutez les morceaux de pomme et les pépites de chocolat.
→ Versez la pâte dans des moules à muffins tapissés de caissettes en papier.
→ Ajoutez une pincée de pralin sur chaque muffin. Vous pouvez aussi en ajouter à l’intérieur de la pâte, avant de verser celle-ci dans les moules, pour en renforcer le goût.
→ Enfournez pour environ 20 minutes jusqu’à ce qu’une lame de couteau plantée en leur coeur ressorte sèche.

« Qu’est-ce que c’est que ce style de bouffer des petits machins tout secs et trois gallons de flotte par jour ? Si la jeunesse se met à croire à ces conneries, on se dirige tout droit vers une génération de dépressifs ! Le gras, c’est la vie. » – Chevalier Karadoc, Kaamelott