Les émissions culinaires ont beau avoir de moins en moins d’intérêt tant elles sont banalisées et présentées comme des shows américains, elles restent quand même des sources d’inspiration. (Petite digression : si il y a bien une émission de cuisine qui vaut le coup, c’est Le Gâteau de mes Rêves, menée par Christophe Michalak, mon dieu vivant, sur Teva. Enfin, dieux vivant sexy pour le distinguer de Pierre Hermé, mon premier dieu vivant. Bref, cette émission, qui dure 30 minutes, est un véritable condensé de cuisine pure, entre celle des amateurs qui font goûter leur recette et celle améliorée de Christophe Michalak, dynamique et généreux en conseils et recettes. Je me suis abonnée à Teva juste pour ça – 0,76 cts/mois, ça va, ce n’est pas trop la ruine). C’est en regardant Un dîner presque parfait qu’un quelqu’un de dans ma maison a repéré cette idée de choux apéritifs. Les bouchées apéritives étant ma deuxième addiction après la pâtisserie et toutes les choses sucrées : aussitôt vu, aussitôt fait ! Dans l’émission, la candidate utilisait des crevettes et du saumon fumé dans la garniture, chez nous, nous avons opté pour de la truite fumée. Ils ont beaucoup plus, mais le saumon étant mon poisson favori, ils auraient sans doute été encore plus parfaits avec. Quant à vous, choisissez ce qui vous plaît le plus : crevettes, saumon, truite… ou autre !

Personnages (pour une vingtaine de petits choux) :

– Pour la pâte à choux :
• 15cl d’eau
• 60g de beurre
• 2 oeufs
• 80g de farine
• 1 pincée de sel

– Pour la garniture :
• 100g de fromage blanc
• 2 c.à.s. de crème fraîche épaisse
• ciboulette à votre convenance
• estragon à votre convenance
• truite fumée, saumon fumé, ou crevettes…

Histoire :

Pour la pâte à choux :
→ Mettre l’eau froide, le beurre en morceaux et le sel dans une casserole. Porter à ébullition.
→ Lorsque le beurre a fondu et que l’ébullition est atteinte, retirer du feu et ajouter la farine d’un seul coup.
→ Mélanger sans attendre jusqu’à ce que le tout forme une boule homogène qui ne colle plus à la casserole (préparez votre réserve d’huile de coude pour cette opération !).
→ Remettre sur feu doux pendant 2-3 minutes pour dessécher un peu la pâte.
→ Transvaser la pâte dans un saladier, attendre une dizaine de minutes qu’elle tiédisse, puis ajouter les eux un à un. Pour éviter que la pâte soit trop liquide, il est conseillé d’incorporer le premier oeuf, de bien mélanger, de casser l’autre oeuf dans un bol et de l’incorporer en deux fois dans la pâte. L’oeuf entier ne sera peut-être pas nécessaire. Au final, la pâte doit être bien homogène, souple, et faire un V au bout d’une spatule lorsque vous l’y plongez et que vous la ressortez.
→ Garnir une plaque de papier sulfurisé et y dresser des noix de pâte à l’aide d’une poche à douille ou, le cas échéant, de deux cuillères à café (mais l’opération est plus longue et moins régulière). Ne visez pas trop gros, la pâte à choux gonfle énormément.
→ Enfourner à 200° pendant 15-20 minutes (ils doivent être bien dorés) et laisser les choux refroidir dans le four en évitant de l’ouvrir. Réserver.

Pour la garniture :
→ Laver et ciseler les herbes (si elles ne sont pas fraîches, on peut utiliser les “flacons” vendus dans le commerce).
→ Les mélanger au fromage blanc et à la crème fraîche puis réserver au frais pendant 1 heure.
→ Couper le chaut des choux, les fourrer de garniture, ajouter le produit de votre choix (lanières de saumon fumé découpées en petits morceaux, crevettes, ou comme ici, truite fumée) et remettre le petit chapeau.
→ Réserver au frais jusqu’au service. Je vous conseille cependant de les dresser au dernier moment pour éviter que la garniture n’humidifie pas trop la pâte à choux.

« Tomber amoureux l’hiver n’est pas une bonne idée. Les symptômes sont plus sublimes et plus douloureux. La lumière parfaite du froid encourage la délectation morose de l’attente. Le frisson exalte la fébrilité. » – Amélie Nothomb, Le voyage d’hiver