A cette période de l’année, une envie se fait plus forte que les autres : celle qui consiste à se lover dans un fauteuil, emmitouflé dans une couverture bien épaisse une tasse de chocolat chaud dans la main. Du réconfort et de la simplicité. Deux mots qui sied à merveille au plus génial des gâteaux, j’ai nommé *roulements de tambour* : le gâteau au yaourt. Le gâteau inconditionné qui gouverne tous les autres. Le premier que l’on apprend à faire, le plus souvent. Le gâteau caméléon qui se transforme en un clin d’œil dès lors qu’on lui ajoute du chocolat, de la pomme, de l’amande, des noisettes ; le gâteau qui se plie instantanément à toutes les envies et toutes les possibilités. Cette envie de gâteau au yaourt me trottait dans la tête depuis quelques semaines, et un beau matin, je me suis réveillée en me disant : « ça y est, il est arrivé : c’est le jour du gâteau au yaourt ! ». Je me suis écartée de la recette habituelle en ajoutant un peu de lait et en incorporant les blancs en neige à la pâte. Réussite totale. Extase suprême. Sous une légère croûte dorée se cache un moelleux à rendre fou. Approchez une de ses tranches tout près de votre oreille et écoutez ce doux bruit qui évoque celle d’une cuillère plongée dans une mousse lorsque vous en arrachez un morceau pour le porter à votre bouche… La magie du gâteau au yaourt, c’est aussi de s’imprégner des saveurs qu’il a l’honneur de côtoyer. Plus encore que d’orner ses tranches de pâte à tartiner à la noisette, de confiture, de pâte de spéculoos, un autre plaisir se fait : celui d’en tremper quelques bouchées dans un breuvage chaud. Pour changer du chocolat chaud, j’ai opté pour un lait vanillé à la cannelle, tout simple.

Personnages :

• 1 pot de yaourt (à la vanille)
• 1 pot et demi de sucre
• 3 pots de farine
• 3/4 de pot d’huile
• 1 sachet de levure
• 1 sachet de sucre vanillé
• 3 oeufs
• 2 cuillères à soupe de lait
• 1/2 c.à.c d’extrait d’amande amère

Histoire :

→ Préchauffer votre four à 180°.
→ Videz un pot de yaourt (de préférence aromatisé à la vanille) dans un saladier.
→ Prenez vos trois oeufs : ajoutez les jaunes à votre yaourt, et réservez les blancs dans un autre récipient.
→ Dans le premier saladier, incorporez le sucre, le sucre vanillé, la farine et la levure ; puis l’huile, délicatement, et enfin le lait, avec douceur, tendresse et amour.
→ Battez les blancs en neige et faîtes les rejoindre le mélange précédent. Ajoutez enfin quelques gouttes d’extrait d’amande amère ou d’arôme vanille si vous le souhaitez.
→ Versez la pâte dans un moule beurré et fariné, ou tapissé de papier sulfurisé.
→ Enfournez pour 30 à 40 minutes ; la pointe d’un couteau planté au milieu du gâteau doit ressortir sèche.
→ Une fois le gâteau refroidi, en coupez des tranches épaisses que vous dégusterez nature, tartinées ou trempées.

→ Si votre choix se porte sur une tasse de lait chaud vanillé à la cannelle, voici la marche de l’empereur à suivre : versez du lait dans une casserole, à votre convenance. Ajoutez-y une cuillère à café de sucre vanillé et plusieurs pincées de cannelle. Faîtes réchauffer le tout quelques minutes sur feu moyen en mélangeant à l’aide d’un fouet, versez dans une tasse, et fêtez ce mariage sous le signe de la simplicité et du réconfort en y trempant quelques bouchées de gâteau au yaourt.

« La fatalité veut que l’on prenne toujours les bonnes résolutions trop tard. » – Oscar Wilde