Dans la famille “associations de la mort qui tue“, je demande le trio “amande, pistache, framboises” : un petit tour de passe-passe et nous voilà avec une tarte qui allie divinement ces trois saveurs… (mes préférées après le chocolat, en fait). La garniture reprend celle vue sur ce blog, mais j’ai préféré troquer l’habituelle pâte sablée par une plus originale, elle aussi à la pistache, comme celle-ci.

Personnages :

– Pour la pâte sablée à la pistache:
• 75g de beurre mou
• 35g de sucre glace
• 15g de poudre d’amande
• 125g de farine
• 1 oeuf
• 1 c.à.c de pâte de pistache

– Pour la crème d’amande à la pistache :
• 75g de poudre d’amandes
• 75g de beurre
• 70g de sucre
• des framboises
• 3 c.às de confiture de framboises
• 1 c.à.s. de pâte de pistache
• 1 c.à.s. de crème liquide
• 1 oeuf

Histoire :

N.B : Les proportions données correspondent à une petite tarte de 16cm. Pour une tarte de taille normale, doublez les quantités.

– Pour la pâte sablée à la pistache:
→ Travaillez le beurre mou coupé en dés avec le sucre glace et la pincée de sel jusqu’à obtenir un mélange crémeux (l’utilisation du batteur est conseillée, attention cependant à prendre un récipient assez grand, la pâte étant sauvage et cherchant à s’enfuir du saladier).
→ Ajoutez l’oeuf, la pâte de pistache, la poudre d’amande et mélanger vivement. Incorporer ensuite la farine en trois fois. (/! la pâte est très très trèès collante, ce qui peut s’avérer assez désagréable mais la récompense vient lorsque tout est fini et qu’il ne reste plus qu’à se lécher les doigts avant de faire la vaisselle…) Ramasser en boule et réserver au frais 2 heures.

– Pour la crème d’amande à la pistache:
→ Préchauffez le four à 180°. Étalez la pâte et installez-là dans un moule à tarte chemisé (beurré et fariné), puis piquez-là à l’aide d’une fourchette.
→ Faîtes fondre le beurre puis ajoutez-y le sucre en mélangeant vivement, puis l’oeuf, la pâte de pistache et enfin, la poudre d’amandes.
→ Recouvrez le fond de pâte de confiture de framboises puis versez la crème d’amande. Disposez des framboises dessus à votre convenance.
→ Enfournez pendant 40 minutes.
A partir de là, deux choix s’offrent à vous :

.1. Paniquez au bout de vingt minutes de cuisson car vous avez un mauvais pressentiment. Descendez l’étage en courant à la manière d’un éléphant pour vérifier vos craintes, ouvrez le four et sortez la tarte. Pleurez toutes les larmes de votre corps en pensant qu’elle est ratée, affichant un air de brûlé qui semble de mauvaise augure. Plantez le couteau au centre et poussez un soupir de soulagement en constatant que la pâte est encore liquide : non, la tarte n’est pas brûlée. (N.B pour moi-même: les pâtisseries à la pistache colorent rapidement et si elles virent du vert au brun : C’EST-NOR-MAL.) Remettez là dans le four et poursuivez la cuisson.

2. Ou alors : vivez sereinement la cuisson de la tarte, sortez-là du four, laissez-la refroidir avant de la manger et de pousser un soupir de plaisir à chaque bouchée, parce qu’il faut se le dire : cette tarte est un délice pour qui aime la pistache.

« On s’ennuie de tout mon ange, c’est une loi de la nature, ce n’est pas ma faute. » – Laclos, Les Dégustations Dangereuses